Quelles solutions pour des obsèques plus écologiques ?

Que l’on opte pour l’inhumation ou la crémation, des obsèques traditionnelles ont forcément un impact sur l’environnement. Si des efforts peuvent être faits à chaque étape des funérailles pour en réduire l’impact Carbone, des obsèques alternatives, beaucoup plus écologiques, occupent une place grandissante en France. Les pays anglo-saxons sont beaucoup plus avancés dans ce domaine et peuvent nous inspirer.

~

Procédés traditionnels : entre crémation et inhumation quel est le moins polluant ?

 

Selon une étude de 2017, l’impact environnemental d’une inhumation est plus de 3,5 fois supérieur à celui d’une crémation.

Si ce dernier procédé rejette en moyenne 160 kg de CO2  contre 39 kg pour l’inhumation, le bilan total d’un enterrement est beaucoup plus lourd au final avec  plus de 800 kg de CO2 rejetés dans l’atmosphère quand on prend en compte la fabrication du cercueil, l’entretien de la tombe et celui du cimetière.

Par ailleurs, l’inhumation est également responsable d’une pollution des sols liée aux produits chimiques qui permettent la conservation des corps suite au décès.

Solution préférée également pour des raisons économiques, religieuses ou plus intimes, la crémation reste polluante. Gaz à effets de serre, mercure et dioxines sont rejetés dans l’atmosphère. Toutefois, les crématoriums français sont tous équipés de filtres performants.

~

Des alternatives écologiques à la pierre tombale

 

De plus en plus de familles font le choix de planter des fleurs ou de petits arbres pour marquer l’emplacement du corps du disparu. Ils peuvent ainsi se recueillir en réduisant l’empreinte environnementale de la tombe.

Si vous souhaitez absolument une stèle, des modèles en bois, en papier, en cuir ou même en parchemin existent. Ces solutions durables se rapprochent le plus de la pierre tombale traditionnelle pour honorer la mémoire du défunt.

~

Des cercueils écologiques  et des urnes en carton

 

Si le cercueil en carton est utilisé dans les pays scandinaves depuis plusieurs décennies, il peine à séduire en France. Ses atouts sur le plan environnemental en font une option de plus en plus prisée.

Conçus en papiers recyclés, renforcés par de l’amidon de maïs, ils pèsent à peine 7 kg et supportent aisément le poids d’un défunt. Ils peuvent : 

  • être décorés avec des impressions à l’eau ;
  • habillés par des capitons en lin.

Intégralement biodégradables, ils permettent de réduire le temps de crémation de 15 mn et ne dégagent pas de métaux lourd lors de la combustion.

Les urnes biodégradables fabriquées en carton, en fibre végétale ou en sable, sont pour leur part appréciées lorsque l’on souhaite inhumer les cendres. Elles ne pourront toutefois pas être utilisées sur des monuments exposés aux intempéries.

Si vous souhaitez immerger une urne funéraire tout en préservant l’environnement marin, vous devrez opter pour un modèle qui coule doucement, conçu dans un matériau biodégradable adapté, tel que le sel.

~

Des enterrements plus écologiques à l’avenir ?

 

Par convictions ou pour des raisons pratiques, des techniques plus écologiques que l’inhumation et la crémation vont probablement se développer dans les prochaines années. La législation nationale est pour l’instant très restrictive sur ce sujet, mais les méthodes utilisées dans d’autres pays sont sérieusement étudiées.

La promession n’est pas encore possible en France

Depuis plus de 10 ans, des pays comme la Suède, l’Allemagne ou le Royaume-Uni ont ouvert des centres de promession. La loi française n’autorise qu’à enterrer ou brûler les corps.

La promession est aujourd’hui considérée comme un mode de funérailles particulièrement respectueux de l’environnement. Cette technique consiste à plonger le corps du défunt dans de l’azote liquide pour le rendre friable et le réduire en particules fines. Aucune vapeur n’est produite et aucun produit toxique n’est rejeté dans l’atmosphère.

Les éléments métalliques comme les implants dentaires ou des prothèses sont récupérés par un aimant et peuvent être recyclés.

Comme les cendres issues de la crémation, la poudre obtenue par promession est placée dans une urne biodégradable qui pourra ensuite être enterrée ou incinérée.

L’humusation, autre technique en attente de législation

Aussi appelé processus de recomposition, l’humusation repose sur l’usage de micro-organisme pour réaliser un “compost” humain. Mélangé à des copeaux de bois et de la sciure, sur un emplacement ventilé, le corps du défunt est arrosé d’un mélange sucré pour faciliter la fermentation. En une année environ, la dépouille est transformée en humus fertile, parfaitement sain.

~

Les démarches administratives à suivre pour des funérailles écologiques

 

Tout d’abord, interrogez les Pompes Funèbres de France pour connaître les réglementations locales en matière d’enterrement écologique. Si la loi encadre les pratiques au niveau national, il peut exister des spécificités pour chaque commune.

Anticiper le recueillement

Choisir un lieu de sépulture près du domicile de ceux qui restent permet de réduire leur consommation d’énergie lors de leurs futures visites.

Il est par exemple possible d’obtenir des dérogations pour une inhumation sur des propriétés privées. Dans ce cas, vous devrez vous rapprocher du préfet du département concerné. La nature des sols et le contexte sanitaire seront étudiés avant d’attribuer une autorisation.

Ces articles pourraient également vous intéresser

Rose

Comment rendre hommage au défunt ?

Civiles ou religieuses, les funérailles sont des cérémonies aussi éprouvantes que solennelles. Elles consacrent le souvenir de l’être perdu et permettent aux proches d’entamer leur deuil. Dans ces moments difficiles, les familles sont généralement submergées par l’émotion. Les Pompes Funèbres de France à Lyon vous accompagnent non seulement dans l’organisation des obsèques mais vous aident […]

En savoir +
prevoyance-obseques

Financement des obsèques : quelles solutions pour faciliter vos démarches ?

Suite à un décès, un grand nombre de démarches financières et administratives s’ajoutent à la douleur et la peine des proches. Parfois imprévues, les dépenses pour organiser des funérailles s’élèvent en moyenne entre 2 500 € et 4 000 € selon le type de prestations choisies. Une crémation représente un coût relativement plus élevé qu’une […]

En savoir +
cremation

Prix et déroulement d’une crémation

Bien qu’elle occupe une place grandissante en France depuis une trentaine d’années, la crémation reste une pratique relativement méconnue. Choisie par convictions personnelles, écologiques, économiques ou religieuses, elle pose encore de nombreuses questions. ~ Qu’est-ce que la crémation ?   Le processus d’incinération ou de crémation vise à brûler le corps du défunt après avoir […]

En savoir +
Découvrez tous nos articles